Le système de récupération est indispensable à la survie de votre fusée et de votre environnement. Ce système permet de faire atterrir sans dommage votre modèle au sol. C’est un paramètre essentiel à ne pas négliger et donc à planifier dès la construction de votre fusée.

Quelque soit le type de récupération, le but est de ralentir la chute de votre modèle. Voyons un peu les différents types de systèmes de récupération qui existent.

Ce premier article sur les systèmes de récupération se veut généraliste. Nous verrons en détails dans des prochains articles les systèmes de récupération pour les petits et moyens modèles ainsi que ceux pour les grands modèles. En effet, là encore il y a des différences de conception entres les modèles LPR et les modèles MPR/HPR quant au système de récupération.

recuperation_parachute_explorer
Récupération par parachute
recuperation_parachute_hornisse
Récupération par parachute bis

 

I. Les différents types de systèmes de récupération

On a tendance a croire que le parachute est le seul système de récupération possible. Ce n’est pas le cas, il en existe bien d’autres :

  • La chute libre : ce type de récupération est seulement possible pour les modèles très légers, c’est à dire pour les fusées dont le poids est inférieur a 20 grammes. Ce genre de modèles sont souvent d’un seul tenant : l’ogive est attachée/collée au reste du corps de la fusée.
  • La simple séparation : un autre système de récupération pour modèles légers, mais cette fois-ci dont le poids est inférieur a 50 grammes. Le concept est simple: lors de l’expulsion de la charge d’éjection, l’ogive est séparée du reste de la fusée. Une corde permet le maintient des deux parties ensemble. L’ensemble corde + ogive + reste de la fusée est suffisant pour ralentir la chute du fait du tournoiement lors de la chute
  • La banderole (streamer) : un tissus en nylon ou en papier dont le rapport est de 1:10 entre la largeur et la longueur de la banderole. Ce système convient aux fusées dont le poids est inférieur a 100 grammes.
streamer2
Un streamer en couverture de survie.
  • Le parachute : convient parfaitement aux moyens et grands modèles. Il existe des parachute de différentes formes (rondes ou en ellipses), avec un trou au centre ou non…
parachute
Fusée alpha avec un parachute. Vu le poids de la fusée (dizaine de grammes) un autre système de récupération tels qu’un streamer aurait été aussi envisageable.
  • Les planeurs et hélicoptères : deux autres système bien particuliers. Ce genre de modèles ont des ailes qui se déploient a l’apogée et permettent de les faire planer vers le sol.

 

II. Le concept et mise en œuvre du système de récupération.

Le système de récupération se déploie toujours depuis l’une des extrémités du fuselage. Il est rare d’avoir des déploiements latéraux (ce type de système est particulièrement difficile a mettre en place). Dans cet article nous parlerons que des déploiement depuis l’extrémité du fuselage.

Dans la configuration la plus simple, le système de récupération se compose:

  • D’un cordon de choc avec une extrémité reliée au fuselage et l’autre extrémité reliée à l’ogive.
  • D’un parachute (ou tout autre moyen de récupération vu précédemment).
  • D’une protection du parachute qui se place dans le fuselage avant le parachute et qui permet de protéger le parachute des particules incandescentes expulsées par le moteur.
systeme_recuperation_basique
Système de récupération basique.

Le cordon de choc est une corde qui résiste au charge d’éjection. Sa fixation se fait de différentes manières qui varient suivant les modèles. Dans les petites fusées, le système d’attache du cordon n’est d’autre qu’un morceau de carton collés à l’intérieur du fuselage, proche de l’extrémité du fuselage. Bien entendu la fixation ne doit pas gêner la sortie du système de récupération. Consultez l’article Système de récupération petits modèles pour plus d’informations.

Dans les modèles de type MPR voir HPR, la fixation du système de récupération se fait la plupart du temps directement sur le support moteur, voir sur le moteur lui même. Consultez l’article Système de récupération grands modèles pour plus de détails.

Le parachute vient se fixer directement sur le cordon de choc ; avec un simple nœud pour les modèles LPR.

La protection du système de récupération peut se faire de différentes manières : piston, tissus nomex, baffle, ouate… Consultez l’article correspondant pour plus d’infos.

III. Éjection du système de récupération.

 

Délai d’éjection

De manière générale, l’éjection du système de récupération se fait a l’apogée. Cette éjection doit être bien calculée.

  1. Si l’éjection du parachute se fait trop tôt, la vitesse encore importante du modèle, peut causer la rupture du cordon de choc voir endommager le parachute. C’est ce qui se passe lorsque le délai est trop court.
  2. L’idéal est d’expulser le système de récupération à l’apogée. C’est le délai qu’on cherchera le plus a atteindre.
  3. Une éjection trop tardive (délai trop long) du parachute aura pour conséquence d’avoir un fusée dirigée vers le sol, ogive la première. Dans ce scénario, la fusée gagnera très vite de la vitesse et une ouverture du parachute provoquera de sérieux dommages a l’ensemble du système de récupération (corde, parachute) mais également au fuselage (zipper à l’extrémité du tube).
delais
Schéma explicatif des 3 cas sur le choix du délai.

 

Moyens d’éjections

L’éjection la plus classique est la mise à feu d’une petite quantité de poudre noire qui brûle rapidement. Ceci entrainera une augmentation de la pression à l’intérieur du fuselage et ainsi une expulsion rapide et immédiate du système de récupération.

Cette éjection peut se faire de 2 manière différentes:

  1. Directement par le moteur via le délai.
  2. Électroniquement, commandée par un altimètre, un timer ou encore un accéléromètre qui allumera encore une fois, une charge de poudre, mais cette fois-ci à une altitude, durée, voire une certaine accélération, que vous aurez spécifié. Il est également possible avec ce genre d’éjection de pratiquer le double déploiement qui permet de limiter la dérive de votre fusée en ouvrant d’abord un petit parachute puis un plus grand à une certaine altitude. Ce sujet est traité dans l’article sur le double déploiement. [LIEN VERS ARTICLE].

Articles en rapport

Systèmes de récupération
Tagged on:                                                                     

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *