Classification des modèles

Parce que la taille des moteurs, leur classification, la taille des fusées, leur poids, leur dimensions ne sont pas toutes les mêmes, on classe les rockets en différentes catégories/niveaux.

Les associations américaines reconnaissent jusqu’à 5 catégories différentes basées sur les mêmes critères énoncés ci-dessus. Dans les pays européens nous identifions 3 catégories fondamentales:

-Modèles basse puissance (Low Power Rocketry = LPR).

-Modèles de moyenne puissance (Mid Power Rocketry = MPR).

-Modèles à haute puissance (High Power Rocketry = HPR).

I. Modèles basse puissance/LPR.

 

alpha_LPR

 

Ce sont les modèles les plus petits. Allant de quelques centimètres à une centaine, et pesant moins de 500 grammes, il s’agit des meilleurs modèles pour commencer. Utilisant des moteurs allant de la classe 1/4A à D de type solide, ils sont légers, très économique et très facile à trouver dans le commerce.

Ils peuvent atteindre une altitude de 300 mètres, même si les plus petits modèles peuvent aller plus haut. Généralement construits de matériaux tel que le carton pour le corps de la rocket, ainsi que de balsa pour les ailettes, leur coût de lancement est extrêmement bas et nécessite pas de trop large espace de lancement (Attention : oubliez votre jardin comme zone de lancement).

Les deux grandes marques à retenir pour cette catégorie sont Estes et Quest.

 

II. Modèles de moyenne puissance/MPR.

 

arreaux_mpr

Ces modèles utilisent des moteurs allant de la classe E à G. Ces modèles peuvent peser un peu plus d’un kilogramme, pouvant mesurer 1 à 1.5 mètres ils peuvent facilement rejoindre une altitude comprise entre 300 et 1000 mètres, voir plus pour certains modèles.

Toujours fabriqués à partir de matériaux légers, mais un peu plus résistants: les ailettes ne sont plus en balsa, mais en plastique ou encore en fibre de verre ; à par cela rien ne change, le corps de la rocket est toujours en carton et l’ogive en plastique.

Ils utilisent une rampe de lancement semblable aux modèles de rockets, mais de plus grande hauteur et plus robuste… Le système d’allumage est électrique, il demande généralement dans les 12 Volt. La zone de lancement doit être assez vaste pour lancer un tel modèle…

Le système de sauvetage principal dans cette catégorie est le parachute en nylon ou autre matière semblable. Ces modèles étant plus complexe, ils s’adressent aux personnes ayant déjà une bonne expérience avec les rockets traditionnelles.

Les grandes marques à retenir pour cette catégorie sont: Aerotech (leader international en termes de moteurs de type composite) et LOC.

 

III. Modèles à haute puissance/HPR.

Le règlement défini le terme High Power Rockets comme:

-Une rocket utilisant un moteur ayant une impulsion totale supérieur à 160 Newton-seconde (c’est à dire les moteurs à partir de la classe H).

-Un modèle employant un moteur ayant une poussée moyenne supérieure à 80 Newton.

-Une rocket pesant une masse supérieure ou égale à 1.5 Kg, moteur compris.

explorer_hpr

Bref, cette catégorie est vraiment destinée aux experts, ayant déjà de très bonnes connaissances… Ces modèles sont très impressionnants et aussi très coûteux, ils peuvent avoisiner les 4 à 5 mètres de hauteurs et peser dans les centaines de kg.

Non seulement sur le point du moteur, ces modèles sont des monstres, en effet les moteurs peuvent dépasser les 10 cm de diamètres, et produire dans les 50000 Newtons-secondes !! Les matériaux utilisés sont toujours des matériaux légers, mais cette fois-ci très résistants: le tube en carton Kraft est toujours présent, ainsi que la fibre de verre, le kevlar et tout autres matériaux composites

Vous comprendrez pourquoi certaines personnes préfère se lancer dans un tel projet en groupe, vu l’ampleur de la chose…

Les principales marques à retenir dans cette catégorie sont BSD, LOC, Public Missiles Ltd, Yank

NOTE : les pièces en métal ne pas autorisé pour les parties extérieures de votre rocket.

 

IV. Une dernière catégorie un peu à part…

Il existe une autre catégorie, elle ne fait pas partie des 3 catégories citées ci-dessus, car elle emploie des moteurs réalisés soit même, non certifiés par des organismes compétents.

Cette catégorie est née elle aussi dans les années 50′, lorsque les moteurs commerciaux et les technologies actuelles n’existaient pas. Très peu de personnes se dédient à ce type d’expérimentation, la plupart se situent aux États-Unis où cette activité est rigoureusement réglementée. Pour la pratiquer, on demande de très bonnes connaissances de la théorie ainsi que de la pratique de la propulsion, sur les rockets.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *